Quand le lien se fait…

Aujourd’hui, j’ai envie d’écrire un article sur THE lien qui nous unit à nos enfants.

Tu vois, et tu l’as peut-être déjà lu sur mon blog, les enfants ne faisaient pas partie de mon projet de vie. Depuis, j’ai revu ma copie et surtout, surtout, j’envoie toutes les bonnes ondes en ma possession pour que toutes celles qui en désirent y parviennent.

Quand Rose est née, oui j’étais émerveillée, j’étais heureuse et j’étais fière. Je le suis toujours d’ailleurs.

Là, où mon post va peut-être en choquer certain(e)s, c’est que le lien, cet amour, ce besoin d’elle, je ne le ressens que depuis peu. C’est assez difficile à expliquer mais depuis les grandes vacances, depuis ce temps passé ensemble, je ne peux plus me passer d’elle.
Je lui ai témoigné mon affection depuis le début mais là, ça me prend aux tripes : j’ai besoin de l’avoir avec moi, j’ai besoin de sentir ses cheveux, de la faire éclater de rire, j’ai besoin de ses bisous, de ses câlins, de sa malice.
Le plus étrange dans tout ça ? J’ai l’impression qu’elle aussi maintenant, elle a ce besoin de proximité avec moi : « Maman » prononcé « tardivement » à plus de 17 mois,  des câlins qui eux aussi sont arrivés il y a quelques semaines etc. En bref, une complicité, un amour qui se construit.

Du coup, je suis curieuse : comment ça s’est passé pour vous ? Avez-vous tout de suite ressenti ce besoin de votre enfant ? Est-ce que ça s’est installé au fur et à mesure de votre relation (l’interaction devient plus intéressante avec un enfant plus grand) ?

Je me demande aussi si ce lien n’a pas été plus difficile à construire puisque j’ai laissé Rose en crèche à 2 mois et demi ? Enfin, voilà, je serais curieuse d’avoir vos ressentis !

A vos claviers !

hugs.gif~c200

Le bonhomme fasto en vert, c’est moi.

Publicités

9 réflexions sur “Quand le lien se fait…

  1. J’ai attendu tellement longtemps qu’il vienne se nicher au creux de mon ventre, j’ai même tellement cru que jamais je ne serais maman… je ne vais pas te dire que je l’ai aimé des le test positif. Je suis trop pragmatique et il m’a fallu du temps pour réaliser. A la première écho, quand je l’ai vu tout petit rikiki, j’ai pleuré et je l’ai aimé. J’ai été arrêtée très tôt et pendant des mois je lui ai parlé. Mais là vague d’amour, la plus inattendue, c’est quand je l’ai vu la première fois. Mon bébé, mon fils.
    J’ai eu ce sentiment qu’il a communiqué de suite avec moi… C’était inexplicable. Je l’allaitais et parfois il me regardait avec « la bouche en cul de poule » comme s’ il réclamait….
    J’ai besoin de lui, de le voir, de le sentir, j’aime le découvrir jour après jour, le retrouver chaque matin, et chaque soir…
    Au point que j’ai peur de ne pas avoir ce lien avec bébé 2. Qui lui aura une autre histoire, je ne l’ai pas attendu si longtemps, mais j’ai si peur de le perdre…
    Gros bisous

    Aimé par 1 personne

  2. Mon commentaire va peut être en choquer certains mais même si mon fils était un enfant désiré, je n’ai pas ressenti cet amour fusionnel tout de suite.
    Peut être à cause des difficultés de mon accouchement, de la peur de ne pas être une bonne mère, de ne pas faire ce qu’il faut pour lui, et puis il faut dire que l’on met du temps pour savoir pourquoi il pleure dans les 1ères semaines. Je ne raffolais pas non plus du rythme couche/biberon/dodo.
    J’ai vraiment commencé à prendre plaisir quand il a commencé à y avoir des échanges entre nous, un regard, un sourire, un rire, puis en grandissant un calin, un bisous, …
    L’amour entre nous 2 a grandit en même temps que lui, en apprenant à le connaître, à découvrir qui il est… Aujourd’hui, je donnerai tout pour lui !

    Aimé par 3 personnes

    • Alors moi, ça ne me choque pas du tout parce que je crois que c’est exactement la même chose pour moi. Maintenant qu’on échange, qu’il se passe des choses « concrètes » entre nous, c’est complétement différent je trouve.
      Merci de ton passage et de m’avoir fait part de ton ressenti ! 🙂

      Aimé par 1 personne

    • J’aurais pu répondre mot pour mot ce commentaire (mis à part les difficultés lors de l’accouchement). Quand il est né je prenais soin de lui, je le berçais, lui donnait à manger, tout ça… mais c’est bien des mois plus tard que j’ai vraiment ressenti le lien.
      D’ailleurs, même encore maintenant, je sais qu’il préfère son père à moi. L' »instinct » maternel dont on nous parle partout, soit-disant qu’on est comme les autres mammifères, patati-patata… je n’y crois plus. Et d’ailleurs j’aimerais qu’on arrête de dire ça à toutes les futures mères, car quand tu te rends compte que tu ne l’as pas forcément, cet « instinct », tu as l’impression que tu n’es pas normale.
      Les bébés, c’est mignon. Mais les enfants, c’est teeeeellement plus intéressant ! (On se revoit dans 10 ans et je vous dirai que je préfère mon ado que mon enfant, on parie ?)

      Aimé par 2 personnes

  3. Même si je l’ai aimé de suite et encore plus qu’en on me la posé sur le ventre, les 6 mois suivant sans dormir et sans pouvoir le poser, on franchement écorné notre lien …
    Finalement, c’est en le sevrant pour reprendre le travaille que le lien s’est créé : il a un gros besoin de succion et pendant l’allaitement, j’étais sa tétine, ce qui ne me convenait pas du tout. Le sevrage a été long et dur (1 mois) mais depuis, tout roule et j’ai parfois ce besoin de lui. Genre quand je vais ma coucher le soir, j’aimerais le prendre dans mon lit avec moi comme un doudou alors que je sais très bien qu’on dort mal tous ensemble, paradoxe maternelle quand tu nous tiens …
    Il est aussi probable que le sevrage ayant eu lieu a 6 mois, le fait qu’il y ai plus d’interaction a joué aussi ^^.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s