L’après

Comme tout le monde, je suis sous le choc des événements de vendredi. Je me pose les mêmes questions que tout le monde et j’ai une boule dans la gorge.

Et puis, il y a l’après : un weekend passé en famille avec les papis de ma fille qui feraient le tour de la Terre juste pour être avec elle, les éclats de rire de Rose qui font trembler la maison, son émerveillement devant ses dessins, devant ses chaussons, ses chaussures, devant ses deux chiens qu’elle poursuit en courant, son chat qui ronronne, son dessin animé préféré et les câlins qu’elle distribue sans retenue.

Un dimanche après-midi où nous étions invités à l’anniversaire d’une petite fille de deux ans : le gâteau, les bougies, les cadeaux, les enfants qui rient, qui courent, qui se chamaillent pendant que les grands ont des conversations de grands, l’insouciance, la vie quoi.

Je ne sais pas où on va, je ne sais pas de quoi demain sera fait mais je veux continuer à apprécier ces petits bonheurs simples parce que la vie doit gagner : on le doit à nos enfants.

Je vous embrasse et n’hésitez pas à vous manifester, discuter de tout ça fait du bien.

Publicités

5 réflexions sur “L’après

  1. C’est tout a fait ça, profitons des choses simples et surtout continuons a vivre, a nous lever le matin, a garder espoir pour nos petits, préservons les, aimons les, apprenons leur a aimer, a vivre, et surtout a être devenir des personnes épanouies.
    Ici on a fait pareil, on a regardé notre paupiette rigoler, jouer innocemment, avons mis de la musique l’avons admirée danser, et avons dansé avec elle, on est allés a la plage, on a fait des pâtés, on l’a embrassée, prise dans nos bras, et on lui a dit qu’on l’aimait fort.
    Égoïstement on a savouré ca, et le soir j’ai pensé a tous ces gens qui ne connaîtrons pas/plus ces moments… Mais la vie doit prendre le dessus….

    Aimé par 1 personne

  2. Ici, on a eu du mal à profiter du week end. Surtout moi….
    Samedi l’Homme m’avait préparé une soirée avec des amis pour mon anniversaire. Je me suis demandée si je n’allais pas l’annuler. J’avais l’impression que c’était égoïste de ma part de faire la fête, pendant que des familles souffraient. Mais effectivement, la vie doit gagner. Du coup la soirée à eu lieu, même si une fois dans mon lit, les larmes me sont venues.
    Dimanche, jour J de ma vieillesse, nous avions prévu de fêter ça avec les enfants, juste nous 5. Mais j’avais le cafard…. Je me suis forcée à sourire, pour les nains….. Mais encore une fois, je me suis dit que c’était stupide et injuste de fêter un anniversaire dans de tels moments….
    Moi qui avais déjà du mal à accepter de franchir le cap de la trentaine, je ne risque pas d’oublier ces instants…..

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s