Une année sur deux

Voilà où nous en sommes rendues mon Amour, une année sur deux à ne pas partager le réveillon ensemble.

C’est la deuxième fois que tu ne seras pas avec moi pour le 24 décembre et quand j’y pense, les larmes me montent aux yeux.

Je lutte pour ne rien montrer, pour que tu sois la plus enthousiaste possible à cette idée mais je sais que c’est dur pour toi aussi. Tu me le dis, tu me le montres.

Tu sais que Noël ne s’arrête pas à une date. Pas pour nous.

Noël, c’est quand on le décide, le 25 au soir, le 26, le 27…Peu importe. Nous sommes plus fortes qu’un simple calendrier. Noël, c’est toute cette préparation qu’on fait à chaque fois que tu es là, c’est toutes ces conversations sur le Père Noël, ses lutins et toutes les blagues qu’on imagine qu’ils vont faire.

Ce nouveau mode de vie nous apprend beaucoup de choses à toutes les deux. Celle qui revient le plus souvent ? Le lâcher-prise.

Lâcher-prise devant le calendrier, lâcher-prise parce qu’on vit parfois les choses en décalé, lâcher-prise devant certaines attitudes, lâcher-prise devant des situations qui nous blessent et tellement d’autres choses encore.

Oui mon ChaCha, on est rendues à une année sur deux mais je reste ta maman à plein temps.