Lettre à ma fille

Aujourd’hui, c’est la fête des mères mais c’est toi qui mérites la vedette.

Ma fille, merci d’être toi, d’être là.

Même si tu rends dinguo parfois, merci de tout résoudre avec ton rire ou ta répartie qui me laisse toujours sans voix.

Merci d’être si courageuse, si autonome, si pleine de vie, pleine d’empathie et si pleine d’amour.

Merci de toujours me réclamer ton histoire du soir, ton câlin avant de dormir et ta Gregre « parce qu’elle sent comme Mamoune ».

Merci de me faire découvrir le monde à ta hauteur et de remplir la maison de tes « chorés » de danse et de tes « chansons de kékés ».

Merci de donner un sens à cette vie un peu folle et du sens à ce monde qui part en vrille.

Tous ces mercis, je les accompagne malgré tout de quelques « Désolée ».

Désolée de n’avoir pas tout de suite réagi à ta souffrance. Désolée de t’avoir demandé de faire des efforts. Désolée de t’avoir dit que ça allait finir par s’arranger mais merci de t’être confiée à moi, d’avoir cherché refuge à mes côtés.

Ma fille, merci d’exister, merci d’avoir fait de moi une maman, parfois en carton, qui t’aime à l’infini.

Ma fille, juste merci.

Ta Mamoune.

Publicité

On ne m’avait pas prévenue

On ne m’avait pas dit que subitement un enfant qui a toujours été un gros dormeur (tu peux me détester et je comprendrai) se transforme du jour au lendemain en une créature démoniaque de la nuit.

Depuis bientôt semaine, Babachon ne veut plus aller dormir.

Les couchers qui se passaient sans encombres se terminent dans les pleurs et les cris pour que je lui fasse des câlins et que je ne quitte pas la chambre. Une fois sur deux, j’arrive à ce qu’elle reste allongée dans son lit après l’avoir bercée et couverte de bisous. Soit. La fois où ça se termine mal, c’est l’apocalypse, elle pleure et beugle « Moooooomaaaaaannnn » comme un petit veau qui aurait perdu sa mère. J’y retourne une fois et je recommence le câlin et les bisous.

Jusque là, bon, ça m’inquiète mais pas outre mesure. Là où ça me fait flipper, c’est que maintenant, elle se réveille en pleine nuit en hurlant. Elle hurle, pleure et ne veut plus dormir, à en juger par son « Non, Maman, gros dodo, non » (true story).

Du coup, je console, je rassure, je lui explique qu’il faut dormir, que le lendemain on se lève tôt pour aller à la crèche, que Maman aussi doit dormir mais rien à faire.

Je la rassure autant que je peux mais j’avoue que je ne veux pas rester dans la chambre avec elle jusqu’à ce qu’elle se rendorme. Non pas pour ne pas installer de mauvaises habitudes parce que je sais que ce sera passager, mais parce qu’elle est en crèche et je sais pertinemment que le personnel ne peut pas rester à ses côtés jusqu’à ce qu’elle veuille bien dormir.

Elle fêtera ses 2 ans lundi, est-ce que vous pensez que c’est normal à cet âge ?
Je me demande aussi si elle ne sent pas aussi qu’il va y avoir du changement pour moi dans les semaines qui viennent ? Je lui ai pourtant tout expliqué et tout verbalisé mais je me demande si elle n’est pas perturbée par tout ça.

Z’en pensez quoi mes biquous ? Ça vous est déjà arrivé ?

anigif_enhanced-buzz-472-1369950932-30.gif

L’attente

Je suis dans une période assez relou puisque je suis en plein préavis.

Je dois continuer à m’occuper de mes dossiers mais je n’ai juste plus l’envie, ni la motivation.

Je dois faire comme si j’en avais encore quelque chose à foutre sauf que ce serait mentir.

Je dois garder le sourire pour les collègues qui m’envient de partir.

Je dois rester zen et cordiale parce qu’un jour, peut-être que j’aurai besoin de références.

J’ai de la rancœur que je dois contenir même si elle ne demande qu’à sortir.

En fait, démissionner, c’est un peu comme divorcer.

Ces choses qui vont changer

Je ne te cache pas que je savoure ma bonne nouvelle, j’aurais envie de crier mon bonheur à la face du monde et j’ai mal au ventre tellement je suis surexcitée.

Cependant, nouveau job dit nouvelle vie, dit concessions, changements et inconnus à gérer.

La première des choses qui va être mise en standby, c’est l’option de se dire « On va lancer un deuxième ».
Comme tu le sais, je ne suis pas prête et je ne sais pas si je le serai un jour mais disons que ça me fait un flipper de me dire que ma fille aura certainement beaucoup d’écart avec son petit frère / petit sœur (s’il devait y avoir un deuxième un jour).
Je me rends compte que finalement, je ne sais jamais ce que je veux et dès que je ne contrôle pas mon destin ou ma vie, je panique un peu…

Je vais pouvoir profiter de ma fille les soirs !
Je l’avais déjà évoqué à plusieurs reprises mais je vois ma fille en moyenne 1h par soir. C’est une vraie marmotte qui se couche très tôt et du coup, les soirs, je ne donne pas le bain, j’arrive à manger avec elle mais je ne profite pas de ma fille en semaine.
Je vais désormais être à deux pas du bureau et je vais pouvoir aménager mes horaires comme je veux, la vie quoi !

Je vais pouvoir m’organiser mieux dans ma vie de maman.
Bin oui, le côté lessive, préparation de bouffe, aujourd’hui, c’est beaucoup Papa Noob qui gère mais hey, maintenant, je vais rentrer chez moi entre midi et deux et à moi les petites préparations du quotidien ! Ha et accessoirement, à moi le vautrage sur le canapé avant de reprendre le taf l’après-midi.

Je n’aurai sans doute pas de congés cet été.
Hé oui, qui dit prise de poste, dit pas de congés et je pense terminer l’année 2016 sur les rotules. Cela dit, ça ne me fait pas peur, je te l’ai dit, ce job était inespéré et je suis tellement contente que faire ce type de sacrifice ne me dérange pas.

Pas de mariage aux US en juin.
Comme tu le sais peut-être, j’ai vécu aux US et au mois de juin, je suis invitée au mariage de ma petite sœur d’accueil qui m’a également demandé d’être sa bridesmaid. Pas la peine de mentionner que je n’y serai pas, étant donné que je prends mon poste à la mi-avril. C’est sans doute cet aspect qui me fait le plus de peine parce que je sais qu’elle a le cœur gros de se dire que je ne serai pas là.
Du coup, je planifie mon trip pour l’année prochaine, c’est clair et net !

Comme tu le vois, on est dans un mélange bittersweet mais je ne garde que le positif de cette nouvelle vie qui m’attend !

On trinque un coup ou bien ?

Alan-Rickman-Says-We-All-Get-Drunk-In-Dogma-Reaction-Gif

La roue tourne.

Tu vois, la semaine dernière, je ne peux pas bouder mon plaisir (expression de 1912), ça a été une très bonne semaine.

Elle avait plutôt mal démarré le lundi, pour terminer en apothéose avec le Je t’aime de Babachon et le reste de la semaine a été juste magnifique.

Je disais à mon mari que parfois, pendant ces moments de bonheur intense, je voudrais capturer ce bien-être dans une fiole et pouvoir le ressortir en cas de coups durs. Malheureusement, ça n’est pas possible alors je profite du moment présent.

Tu te souviens de mon billet où je te disais que je n’ai plus envie ? Où je remettais beaucoup de choses en question ?

Et bien voilà, j’ai trouvé un nouveau job. Un job qu’avec mon BAC+2, je n’aurais jamais espéré avoir. Un nouveau job où je vais parler anglais. Un job à deux pas de chez moi, genre au bout de la rue. Un job, qui je l’espère, va me redonner confiance en moi.

J’ai donné ma démission jeudi dernier et franchement, j’ai pas envie chanté « Au revoir, au revoir Président » mais l’envie était là. Les larmes aux yeux aussi car j’ai même si je n’avais plus envie de cette vie, de ce taf, j’y ai appris beaucoup et c’est grâce aussi à cette expérience que j’ai décroché un tel nouveau job.

Je vais donc faire mon préavis et dans quelques semaines, je serai libre et je vais commencer une nouvelle vie.

J’espère avoir toujours du temps pour bloguer parce que ce nouveau poste va être très chronophage, surtout au début mais putain mes biquous, quel challenge ! Mais quel challenge !

Des bisous !

Se laver la bouche avec du savon

Comme je l’ai évoqué la semaine dernière, Babachon développe de plus en plus son vocabulaire et répète à peu près tout ce qu’on dit.

Tu l’auras sans doute remarqué, j’ai un langage châtié et pas toujours approprié devant une enfant de 2 ans. J’essaie de faire des efforts devant elle mais parfois les « Putain », « Merde » et autres « Fait chier » sortent tous seuls avant même que j’ai le temps de rectifier le tir.

Du coup, je sais que beaucoup de parents rusent pour ne pas jurer devant leurs enfants et usent du « Flutain » et autre « Zut » à gogo.

Pour ma part, je suis pas mal dans le :

« Mince »
« Purée »
« Punaise »
« Mer…credi »
« Damn it »
« Shit »

Du coup, je suis preneuse mes biquous, c’est quoi vos alternatives aux gros mots ?

312

Mes tatouages

Comme tu le sais peut-être (ou pas d’ailleurs, j’en sais rien), j’ai franchi une de mes plus grandes trouilles et je me suis fait tatouer la première fois en octobre 2014.

Alors oui, avoir un frère tatoueur, ça aide. Non, je ne pense pas que je pourrai un jour m’arrêter.

Je suis le genre de nana qui a toujours adoré les piercings et les tatouages mais quand tu chiales à l’idée d’une simple prise de sang, tu te dis qu’effectivement, ça ne va pas le faire. Normal.

Et puis un jour, tu fais des prises de sang tous les mois pendant ta grossesse, on te pose une perf, tu accouches et bam, tu te sens in-vin-cible ! Si, si, j’te jure.

Du coup, quand mon frère m’a proposé de me tatouer, j’ai dit « Banco ! » (cf Valérie LEMERCIER dans La Cité de la Peur). J’ai commencé par un tattoo sur l’avant-bras avec le prénom de ma fille et puis je ne me suis plus arrêtée.

Mes mollets sont pas mal recouverts et il y a encore du boulot. J’ai choisi de me faire tatouer des parties que je peux garder cachées parce que je n’ai pas toujours envie d’avoir à justifier pourquoi tel ou tel dessin, sachant que je choisis des motifs pas forcément conventionnels donc bon, pas toujours envie de raconter mon histoire. Du coup, les mollets, c’est pratique, on peut enfiler un pantalon ou des collants opaques et c’est réglé !

J’ai plein de projets en tête et notamment, terminer un de mes mollets en thème complétement Disney.

Babachon, ça la fait beaucoup marrer de regarder mes dessins sur les jambes, elle gloussotte, surtout devant les tattoos Disney que j’ai déjà.

Et toi, tu as des tatouages ? Oui,non, pourquoi ? (Ouais, je fais partie de la Gestapo, j’avoue)

ink_addict

Je t’aime

Je pense que ce qui m’est arrivé hier mérite bien son propre billet.

J’ai passé une journée de merde avec en point culminant une fin d’après-midi à gerber (tout ça fera l’objet d’un autre billet ). Je suis rentrée, je pense que la moindre réflexion m’aurait fait fondre en larmes.

On mange tous les trois, Babachon nous raconte sa journée dans son charabia, on glousse comme des dindes quand je la mets en pyjama et on monte dans sa chambre se mettre au lit.

Premier moment de fondance : elle envoie un bisou à son papa en montant les escaliers.

On fait notre petit rituel : on joue à 1-2-3 soleil dans le noir, elle éteint la lumière et je me rapproche d’elle dans le noir à pas de loups. Elle a la trouille mais ça la fait glousser. Soit.

Je la couche, je lui dis que je l’aime fort et là, d’un coup, j’entends :  » E t’aime Maman « 
 » Euuuuh, quoi ? Qu’est-ce que tu as dit ? «  – elle retire sa tétine-  » E t’aime Maman ! « .

Je lui réponds que moi aussi, je chiale ma race et je me dis que j’ai trop de chance de l’avoir.

Le monde peut s’écrouler maintenant, ça m’importe peu.

Bisous mes biquous !

fetedesmeres4_fzc

La pression !

Aujourd’hui, une cavalcade est organisée dans le village où on vit pour Carnaval.

C’est organisé par la commune et chaque parent peut ramener un peu de gâteau ou des beignets pour que tout le monde en profite. Dans l’absolu, j’ai vraiment envie d’y emmener Babachon pour qu’elle voit les déguisements des autres enfants, qu’elle se sociabilise un peu mais de l’autre, j’ai la trouille.

On vit dans un tout petit village où tout le monde connaît tout le monde. Ça peut paraître super sympa mais pour l’intégration, c’est très compliqué.

On vit dans un lotissement avec des gens à peu près de nos âges mais du coup, ils se connaissent tous, sont parfois allés à l’école ensemble etc. Tu vois le genre quoi.

Du coup, quand il y a des fêtes de village, ils se parlent tous entre eux et je me suis déjà retrouvée à être debout comme une potiche avec un vieux sourire crispé puisque les gangs des mamans du village se forment et à part te toiser de haut en bas, l’interaction reste limitée.

T’as vu la pression de fous ?

Je pense aller y faire un tour parce que je veux que ma fille se fasse des amis mais j’ai la vieille boule au ventre, j’ai l’impression d’être à la veille d’une rentrée au collège !

Je vous raconterai ça, souhaitez-moi bonne chance !

(Ouais, ouais, je sais, j’ai de gros soucis dans la vie moi…)

Vive le thé

/ ! \ Warning, ce billet n’est pas sponsorisé, je ne fais que donner mon avis !

Bon les biquous, maintenant que j’ai enfin assumé ma réputation de coffee addict, il faut que je vous parle d’un autre petit plaisir que j’ai.

(Bizarrement, ça reste toujours dans les trucs qui se boivent, c’est quand même louche c’te affaire…)

J’aime le thé ! Oui, le truc chaud, au goût infâme parfois mais voilà, je l’aime moi le thé.

Pour Noël, mon WD (Wonder Dad) m’a offert un coffret de thé qui vient du Palais des Thés et bin, je confirme, juste une tuerie.

Tu ouvres le sachet, ça te prend déjà aux narines tellement ça sent bon. Une fois infusé, c’est juste un bonheur.

Leurs produits ne sont donnés mais sincèrement, si vous êtes amatrices, faites-vous un petit plaisir, vous ne serez pas déçues !

Pour accompagner tout ça, j’ai reçu une super tasse avec un infuseur intégré qui fait que tu n’en fous pas partout, le pied quoi !

Bon, aller, je file m’en faire un !

Et toi, le thé tu kiffes ou tu préfères le Viandox ?

IMG_20160113_155101.jpg